Sécurité civile

Contacter le garde champêtre

Christophe DUSSEAU

06.16.31.37.39

c.dusseau @ ville-saint-sauveur.fr

Votre Mairie

Mairie de Saint-Sauveur

Allée d'Orzalis

31790 Saint-Sauveur

 

Téléphone

05 34 27 31 68
Télécopie

05 61 09 48 75

Courriel

 accueil@ville-saint-sauveur.fr

 

Formulaire de contact


  

Horaires d'accueil

 

 

 Lundi

 9h00

12h00

14h00

18h00

 Mardi

9h00

12h00

14h00

18h00

 Mercredi

9h00

12h00

 

 Jeudi

9h00

12h00

14h00

18h00

 Vendredi

9h00

12h00

14h00

18h00

 

Une permanence est ouverte le samedi matin de 10h00 à 12h00 sauf pendant les vacances scolaires.

 

Les services municipaux de la mairie de Saint-Sauveur

 

 

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

DÉFINITION GÉNÉRALE DU RISQUE MAJEURUn risque majeur est un événement incertain dont les effets négatifs sont considérables et dont la réalisation est souvent, mais non pas toujours, faiblement probable.

Les différents types de risques auxquels chacun de nous peut être exposé sont regroupés en 5 grandes familles :

  • les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption volcanique,
  • les risques technologiques : d'origine anthropique, ils regroupent les risques industriels, nucléaires, biologiques, rupture de barrage...
  • les risques de transports collectifs (personnes, matières dangereuses) sont des risques technologiques. On en fait cependant un cas particulier car les enjeux (voir plus bas) varient en fonction de l'endroit où se développe l'accident,
  • les risques de la vie quotidienne (accidents domestiques, accidents de la route...) ;
  • les risques liés aux conflits.

Seules les trois premières catégories font partie de ce qu'on appelle le risque majeur.

Deux critères caractérisent le risque majeur :

  • une faible fréquence : l'homme et la société peuvent être d'autant plus enclins à l'ignorer que les catastrophes sont peu fréquentes,
  • une énorme gravité : nombreuses victimes, dommages importants aux biens et à l'environnement. Les risques liés aux conflits sont apparentés aux risques majeurs : en effet, dans notre société développée, ils sont caractérisés par ces deux critères.

 



 

RISQUES MAJEURScomment réagir en cas d'alerte ?

 

Les consignes du ministère de l’Intérieur

En cas d’alerte, vous devez adopter un comportement réflexe afin de vous mettre en sécurité et faciliter l’action des secours.
En fonction des situations, il faudra soit se protéger dans un bâtiment, soit évacuer la zone dangereuse le plus rapidement possible. Les autorités vous indiqueront la conduite à tenir.

Si les sirènes sonnent 

  • Écoutez la radio (France Bleu, France Info ou radios locales) : En situation de crise, les réseaux téléphoniques et/ou internet pourraient ne plus fonctionner. La diffusion hertzienne est celle qui a le plus de chance de résister. Elle est donc la plus fiable. Les antennes de Radio France sont les stations de référence pour obtenir des informations quant à la nature et l’évolution de la crise. Vous pourrez ainsi adapter votre comportement en conséquence,

 

  • Restez confinés ou évacuez en fonction des consignes des autorités : Arrêtez la climatisation, le chauffage et la ventilation, bouchez les ouvertures (fentes, portes, aérations, cheminées,...) ;  Les échanges avec l’extérieur doivent donc être aussi limités que possible, afin de vous protéger d’une éventuelle pollution de l’atmosphère.

 

Tenez-vous prêts à évacuer dans les plus brefs délais. Afin de vous préparer au mieux à une évacuation, la brochure "Je me protège en famille" aide à la constitution anticipée d’un kit d’urgence.

 

je me protège en famille

 le kit d’urgence

 

Dans tous les cas

 N’allez pas chercher vos enfants à l’école

Les enseignants se chargent de la mise en sécurité immédiate des enfants. Vous vous exposeriez au danger et gêneriez l’intervention des secours. En cas de confinement, l’école ne sera pas autorisée à ouvrir ses portes.

 Ne téléphonez pas

Les réseaux doivent rester disponibles pour les secours.

Ne restez pas dans un véhicule 

Il faut libérer les voies de circulation pour faciliter l’action des secours. Un véhicule donne une fausse impression de sécurité. En cas d’inondation par exemple, 50 cm d’eau suffisent pour emporter une voiture. De même, une voiture ne résiste pas à la chute d’un arbre et ses occupants n’en seront pas protégés.

Ne restez pas près des fenêtres 

Certaines circonstances (explosions, ...) peuvent briser les vitres et blesser les personnes à proximité.

N’ouvrez pas les fenêtres pour savoir ce qui se passe dehors 

Le signal d’alerte peut être déclenché en raison d’une pollution de l’air (nuage toxique, etc.). Le confinement est alors indispensable pour se protéger.

 N’allumez pas une quelconque flamme

Le signal d’alerte peut être déclenché en raison d’une pollution de l’air (nuage toxique, etc.) potentiellement inflammable. Ne prenez pas le risque de déclencher une explosion tant que la nature du danger n’est pas parfaitement identifiée.

Ne quittez pas votre abri sans consigne des autorités 

Le signal d’alerte a pour objectif de mettre la population en sécurité. Tant que l'alerte n'est pas levée (son continu de sirène de 30 secondes), quitter l’abri vous expose au danger.

Si la corne de brume retentit 

Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, vous devez évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches cités dans le plan particulier d’intervention ( PPI ) de l'ouvrage. A défaut, rejoindre les étages supérieurs d’un immeuble élevé et solide. En cas de rupture d’un ouvrage hydraulique (barrage, ...), les zones situées en aval sont inondées en quelques minutes. L’évacuation ou, à défaut, l’accès à une hauteur doit donc être immédiat dès que l'on entend la corne de brume.

 Ne pas prendre l’ascenseur

L’inondation liée à la rupture d’un ouvrage hydraulique peut entraîner des coupures d’électricité et des pannes d’ascenseur. Les personnes s’y trouvant risqueraient donc d’y être piégées.

Ne pas revenir sur ses pas 

L’inondation suivant la rupture d’un ouvrage hydraulique est un phénomène rapide. Revenir en arrière amène à se retrouver au milieu des eaux et à se mettre en danger.

Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d’alerte

L’évaluation du danger est difficile. Un piéton peut être emporté par des flots de seulement 40 cm de hauteur. Afin de ne pas vous exposer au danger attendre les consignes ou le signal de fin d’alerte.


 



 

Le DICRIMDocument d’Information Communal sur les Risques Majeurs

Depuis la loi de modernisation de la sécurité civile de 2004, toutes les communes présentant un risque majeur ont l’obligation de rédiger un Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) ainsi qu’un Plan de Sauvegarde Communal (PCS).

  • Le PCS a pour vocation de prévoir et d’organiser les secours sur le territoire communal. Il complète le dispositif ORSEC. Il est consultable en mairie.

 

  •  Le DICRIM est un document destiné, comme son nom l’indique, à informer la population sur les risques naturels et technologiques qui les concerne, les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde mises en œuvre, ainsi que sur les moyens d’alerte en cas de survenance d’un risque.

 

Voir le document

 



Attaques terroristes

A la suite des attentats du 13 novembre 2015, le Gouvernement lance une campagne de sensibilisation pour mieux préparer et protéger les citoyens face à la menace terroriste.

L’affiche "réagir en cas d’attaque terroriste" donne des instructions pratiques qui s'articulent autour du triptyque: "s’échapper, se cacher, alerter".

Cliquez sur l'affiche pour l'agrandir

 

Une vidéo reprenant l'ensemble de ces consignes complète cette campagne de sensibilisation. Pour la visionner, cliquez sur l'image ci-dessous.